LE VERNIS DICHROÏQUE

Logo croix blanc
D4P_6588.jpg

© O.Teste

Tout le mystère et la magie du vernis et surtout des vernis italiens élaborés dès le 17ème siècle à Crémone continuent de nous faire rêver.

 

Pour M.Névéol, les recherches liées au vernis depuis 2005 ont porté dès le départ sur deux points précis :  trouver une méthode dans le procédé de vernissage qui puisse tout d’abord modifier le son des instruments puis trouver une couleur dans la matière même de la surface vernie, du fond de bois, ainsi que dans la transparence et les nuances qui s’apparenteraient aux plus beaux vernis italiens du 18ème.

 

Après quinze années de recherches effrénées et assidues, les résultats sont là.

Appliqué sur un instrument dit « en blanc », ce vernis modifie de manière très significative les propriétés mécaniques du bois.

Même si le modèle de départ est déterminant pour le son d’un nouveau violon, ce vernis apporte une signature sonore incontestable aux instruments, et permet ainsi d’obtenir une production homogène bien que chaque instrument soit unique.

 

 

Une couleur dorée et dichroïque

Ce vernis chaleureux se caractérise par une couleur cannelle dorée, aux reflets rouge orangés. Si les pigments rouges sont bien ceux utilisés dès l’antiquité et découverts sur de nombreux instruments italiens prestigieux du 18ème siècle, la profondeur et la chaleur du jaune d’or, présent dans le vernis sont le résultat d’un procédé élaboré après de longues années de recherche.

Ce vernis est hautement dichroïque, il change de couleur en fonction de la source lumineuse et de l’angle de vue avec lequel on observe l’instrument.

 

Il est peut-être même une invitation à un voyage nostalgique dans l’âge d’or des violons de Crémone.